La revue

Copyright Les Amis de la Citadelle de Namur asbl 2015

Rejoignez-nous sur FACEBOOK

Nos revues sont disponibles sur notre boutique en ligne.

 

 

Historique de la revue

 

Historique de la revue entre sa création et septembre 2005, publié à l’occasion de l’édition du numéro 100.

 

Cent bulletins des Amis de la citadelle de Namur! En effet, depuis 1980 [à septembre 2005] et la création de notre association, devenue ASBL en 1982, cent numéros de notre périodique sont parvenus à nos membres. Pour être exact, il faudrait dire cent-treize, puisque le mythique numéro zéro, à l’existence parfois contestée, existe bel et bien -certes, il est rare!-, que quelques numéros «bis» se sont intercalés dans l’urgence d’une annonce et que depuis 2000 nous alternons avec le bulletin numéroté comportant des articles de fond un fascicule d’informations au format A4 puis A5.

 

 

Pour ceux qui apprécient les chiffres, cela représente 2.590 pages imprimées y compris les couvertures, ou encore 7 kilos 800 de papier. Les tirages vont de quelques dizaines pour les premiers numéros à sept-cent-cinquante en 1987-1988, et avoisinent les trois cents durant ces dernières années. Les 33 premiers numéros édités de janvier 1980 à décembre 1985 sont des mensuels, au format A4 et simplement stencilés sur une face, parfois recto-verso. La majorité n’est pas paginée. Lancé par Pierre Dulieu au nom du «Comité Namurois 75», le «Bulletin des Amis de la citadelle-Périodique» est géré de façon autonome à partir du numéro trois par les Amis de la Citadelle constitués en association de fait et, dès le numéro quatre, l’éditeur responsable est Arthur Cherdon, infatigable cheville ouvrière avec Bernard Triquenaux de ces fascicules à la couverture beige ou brune facilement identifiable et à la typographie variée en fonction de la police employée par chaque signataire. On y trouve dans un premier temps des informations, des annonces, des procès-verbaux de réunions et des programmes d’activités en relation avec les débuts de l’ouverture au public de notre citadelle. Timidement, les articles de fond apparaissent d’emblée, le premier signé par Jean Baudhuin, vite rejoint par A.-J. Simon, Bernard Triquenaux et Josine de Fraipont. À partir du numéro dix de février 1982, les articles historiques prennent le pas sur les annonces et autres textes administratifs. Quelques reproductions en fac-similé d’imprimés anciens et rares (édits politiques namurois de 1682, relation du siège de 1746, journal l’Ami de l’Ordre de 1894), comme d’articles devenus difficiles à trouver (de Ranwez, H. Lemaître, L.-P. Dandoy, O. Petitjean, F. Demanet, J. Muller), agrémentent certains bulletins. Les dessins de Jean Legrand, mettant en scène Djoseph et Francwès à la citadelle sont, avec des reproductions de gravures anciennes de Namur, les seules images qui «enluminent» les livraisons successives, mais dès le numéro 12, gravures, plans, médailles, photos arrivent à l’appui des textes de plus en plus nombreux à raconter l’histoire militaire namuroise à nos adhérents.

 

En 1986, grand changement: de mensuel, le périodique devient trimestriel et surtout voit sa présentation entièrement repensée. Il est désormais imprimé en offset, son format passe à 21 cm sur 27 (moins haut que l’A4) et, vingt ans plus tard, nous y restons fidèles. Le nombre de pages est fixé à 28, nombre qui oscillera quelquefois entre 24 -avec en plus un encart dépliant sur la chronologie historique de Namur- et 42 -pour évoquer les sièges de 1695 et de 1746-. Aujourd’hui, un numéro contient 32 pages. Les illustrations, de meilleure qualité, sont aussi plus nombreuses.

 

Jean Baudhuin fixe alors la ligne éditoriale qui est toujours d’actualité pour «éviter le risque de devenir un fourre-tout», il suggère deux «créneaux» affirmant son identité en même temps que celle de l’association: écrire et publier sur l’histoire de notre citadelle d’une part, et sur les autres places de guerre belges et étrangères. Des aspects assez larges sont proposés, couvrant les aspects naturels (vignes), sociaux (population), religieux, touristiques. L’ouverture sur des sites fortifiés autres que Namur permettra des comparaisons précieuses. Et lorsqu’on parcourt l’ensemble de ces bulletins, avec la facilité accordée par les tables récapitulatives parues en 1993 et 2000, on constate que nombre de champs d’approche sont balayés, en élargissant encore les contenus sur le patrimoine namurois en général (moulins, parcs, hôtel de ville, ponts) et à l’histoire locale jusqu’à la franc-maçonnerie militaire, aux prisons, etc. Soulignons encore que des textes de vulgarisation alternent heureusement avec des articles de forme plus scientifique et avec de précieux exposés didactiques à l’usage des jeunes lecteurs. Le souci de la rédaction a toujours été à la fois d’informer des dernières découvertes historiques et de mettre à portée de tout un chacun des synthèses plus générales ou des rappels d’une histoire parfois oubliée. Arthur Cherdon reste l’éditeur responsable jusqu’en 1987, lorsque Louis Barbier prend la suite pendant six ans. Puis, c’est au tour de Vincent Bruch d’assumer cette tâche devenue au fil du temps de plus en plus prégnante – il faut réunir les textes, contacter donc des auteurs, composer le sommaire, équilibrer les sujets abordés, veiller à l’illustration, relire les épreuves-, il le fera avec mæstria de 1994 à 2003. Philippe Bragard a repris le flambeau depuis, aidé considérablement par Dominique François pour le bulletin de liaison.

 

La mise en page de ce bulletin «nouvelle manière;» est réalisée avec très grand soin par Georges Bodson (no 34 à 81), et depuis par Dominique François qui maîtrise parfaitement l’outil informatique et permet de livrer à l’imprimeur un produit quasi fini, illustrations comprises. Un manque pourra être reproché éventuellement, celui d’illustrations en couleurs. Mais le passage à la quadrichromie, même partielle, ferait très sensiblement augmenter les coûts d’impression. C’est trop pour notre association qui, il faut le souligner, fonctionne depuis toujours sur fonds propres, sans aucune subsidiation. En effet, ce sont les membres qui, par leur cotisation, ont permis ces publications.

 

Et, comme depuis toujours, les présidents successifs, Philippe Lebacq, Arthur Cherdon, Vincent Bruch, Pierre Nève, Alex Furnémont, Philippe Bragard rédigent l’éditorial qui ouvre traditionnellement chaque livraison. Il faut souligner dans cette évocation la quantité et la qualité du travail accompli par tous ceux qui y ont contribué de près ou de loin, mettant gracieusement à disposition de l’association leur savoir faire et leurs compétences. Ils ont droit à l’entière gratitude des membres passés, présents et futurs, comme de tous les autres lecteurs qui trouvent nos publications dans les bibliothèques publiques et universitaires. Aux auteurs, collectionneurs, correcteurs, dessinateurs, documentalistes, éditeurs-responsables, éditorialistes, graphistes, photographes, un immense merci. Comme depuis 1999 notre association a pris le pli de publier un livre chaque année, nos efforts pour maintenir un contenu correct au bulletin périodique se sont adaptés. Le nombre est passé de quatre à deux par an, avec en complément un petit fascicule de liaison non numéroté. Les exigences de la distribution postale se sont conjuguées à notre souci de maintenir la qualité des articles de fond, et c’est ainsi que toutes les informations relatives à la vie de notre association figurent désormais sur ce petit imprimé diffusé en alternance avec le bulletin.

 

LA BOUTIQUE

Notre boutique, pour acquérir livres, revues et s'abonner

VISITER

Préparer votre visite de la citadelle de Namur